Communiqués des Collectifs, 12 mai 2020

Paris, le 12 mai 2020

Chers parents, Chers soutiens,

Nous avons appris avec consternation et colère la décision de licenciement de François-Xavier Clément annoncée ce matin.

Malgré votre mobilisation exceptionnelle, cette décision nous semble inacceptable, tant sur le plan de la procédure, de la morale que du droit.

En se drapant de toutes les vertus, trois personnes ont donc réussi, de concert et patiemment, à briser la réputation d’un homme, engendrer désordres et souffrances et casser durablement l’image de notre établissement.

La Présidente de l’APEL, en guerre ouverte contre M. Clément depuis des années, le Directeur Diocésain de l’Enseignement Catholique, qui semble animé par des intentions bien peu évangéliques, et le Président du Conseil d’Administration, qui a initié toute cette crise sans en parler à l’ensemble de son conseil, auront des comptes à rendre sur le désordre qu’ils ont semé et les violences qu’ils ont suscitées.

Dans quel état laissent-ils aujourd’hui notre chère école ? Quel gâchis !

Sur la forme, tout le monde convient, y compris Mgr Aupetit, de l’inutile brutalité et humiliation de la procédure, qui traduit, au pire, le caractère trouble des intentions et, au mieux, la profonde médiocrité des acteurs. Il faudra en tirer des conséquences rapides.

Sur le fond du dossier, nous sommes écœurés par le non-respect de la présomption d’innocence et du contradictoire.

L’enseignement catholique parisien est-il devenu la dernière zone de non-droit, où l’on fabrique des audits partiels et partiaux, où l’on sollicite des témoignages pour venir en appui d’un dossier initial qui se révèle trop faible, où l’on empêche l’accusé de connaître les « crimes » qu’on lui reproche et donc de se défendre ?

Comment l’Eglise, qu’on a connue moins prompte, y compris à Paris, à prendre des décisions managériales fortes en cas de délits ou crimes avérés, peut-elle cautionner ce déni de justice ?

Malgré nos demandes répétées et les encouragements de Mgr de Romanet en ce sens, nous n’avons pas eu accès au dossier, pas plus que François-Xavier Clément. Il n’y a eu ni alertes formelles de ses supérieurs, ni aucune plainte contre lui.

Nous ne construirons pas la paix à Saint-Jean de Passy en faisant l’économie de la vérité. Il faudra que ceux qui la cachent aujourd’hui la mettent sur la table et que nous puissions en débattre. Seule la vérité nous rendra libres !

Nous ne construirons pas la paix à Saint-Jean de Passy sans refondre en profondeur les instances de l’établissement qui ont failli. A cet égard, vous pourrez prochainement voter en faveur d’une équipe renouvelée à l’APEL. Elle sera garante des intérêts des familles de St Jean et des élèves, loin des dérives personnelles. Elle cherchera à amener la vérité et la sérénité, pour sortir de cette politique de la terre brûlée.

Nous ne construirons pas la paix à Saint-Jean de Passy sans rendre hommage comme il le mérite à ce qu’a apporté François-Xavier Clément à l’établissement.

Nous ne construirons pas la paix à Saint-Jean de Passy sans entendre les malaises profonds, les souffrances, les humiliations et les règlements de comptes larvés qui ont émergé depuis le 14 avril dernier.

Le message de Mgr Aupetit interroge beaucoup d’entre nous sur la façon dont l’Eglise à Paris élabore ses décisions, conçoit la transparence de ses délibérations et fait entendre son autorité sur une administration profondément déficiente. Mais aussi sur le traitement qui est réservé à ceux qui la servent. Ce dossier, qui est loin d’être isolé, doit appeler à un sursaut de la part de Catholiques engagés, désintéressés, mais attachés à une parole libérée.

Nous sommes nombreux à être déconcertés et en colère. Comment, dans ces conditions, ne pas comprendre certains d’entre nous qui se refuseront désormais à la soutenir aveuglément, notamment financièrement ?

La magnifique mobilisation spontanée qui est la nôtre a surpris tout le monde. Beaucoup d’observateurs du monde de l’éducation ont reconnu qu’ils n’avaient jamais vu cela. Elle a même fait peur à certains et cette fébrilité explique sans doute l’accélération imprévue du calendrier, au lendemain de la convocation de l’Assemblée générale de l’APEL qui se tiendra comme prévu le 4 juin prochain pour franchir cette nouvelle étape.

Nous pouvons être fiers collectivement de cette mobilisation au service de la vérité.

La situation de François-Xavier Clément est désormais entre les mains des avocats qui, nous l’espérons, l’aideront à laver son honneur et trouver le chemin d’une sortie digne.

Le combat continue, pour la justice à St Jean, pour une gouvernance assainie et aussi pour que l’Eglise à Paris puisse retrouver un peu d’audace et de courage, et ne pas abandonner sa mission au service de l’éducation.

Nous avons toujours besoin de vous. Les Collectifs St Jean de Passy

9 commentaires sur « Communiqués des Collectifs, 12 mai 2020 »

  1. je comprends votre colère;
    Je ne comprends toujours pas qu’on laisse dans l’ignorance les principales personnes impliquées dans cette affaire, personnes mises en cause ou personnes en soutien, des faits que je suppose évidemment très graves qui ont conduit à cette décision.
    Je connais Mgr Aupetit et Mgr de Romanet, qui toutes affaires cessantes se sont penchés sur ce dossier. S’ils ont confirmé la décision prise, c’est évidemment qu’il y avait matière.
    Je respecte et m’incline devant leur décision.
    J’attends les explications du directeur diocésain pour justifier la procédure brutale engagée et le manque de concertation en amont.
    Du fait de ces attitudes peu compatibles avec les valeurs de l’Evangile, j’attends sauf explications précises, de Mrr Aupetit, le renvoi du directeur diocésain.

    J'aime

  2. Merci nous éprouvons les mêmes sentiments et nous pensons à monsieur Clément, nous avons honte pour lui qu’il soir ainsi humilié publiquement par l’archevêque. La Vérité doit être dite il en va de son honneur.
    Et quid de monsieur Ducret que l’évêché ne mentionne même pas!!!
    Nous sommes déçus, en colère…

    J'aime

  3. Inacceptable cette position de l’église catholique. Quelle mauvaise image pour nos enfants dans un monde virtuel, cruel, où la foi peut s’envoler à tout moment…encore un exemple ou la masse prend le pouvoir: l’ordre n’est plus au rdv, les minorités prennent le dessus, et l’église suit… c’est triste.

    J'aime

  4. Question : comment a-t-on pu nommer à la direction de l APEL la représentante du mouvement qui a érigé la pédophilie et le crime sexuel en élément structurel de son « ordre « . La preuve, des années plus tard, la gangrene y est encore.
    Pas de bons fruits avec de mauvaises racines.

    Mgr Aupetit se comporte comme un petit technocrate dénué de courage.

    J’ai suivi un.cycle avec Romanet dont je n’ai retenu qu’ un enseignement assez lénifiant sur le mariage chrétien. Du vent. Pas vraiment la radicalité du message du Christ.

    Rien à attendre des fonctionnaires carriéristes dans l’Église.

    Ils ne changent pas à travers les siècles.

    A nous de nous battre pour faire triompher la vraie Justice et déjouer les pièges des félons qui voudraient ruiner l’oeuvre de Lumière de St Jean de Passy pour y mettre, qui sait, un gay avec deux enfants GPA achetés en Indes à une de ces nouvelles Esclaves ?

    L’Institution ne recule devant aucun « sacrifice » !!!!
    Cf les juteux exemples donnés par M. Y. de Cacqueray, ou voir le directeur diocésain de Nantes poursuivi pour trafic d’héroïne ! Désopilant.

    Ne vous laissez pas abuser par la vieille technique du Cheval de Troie.

    Ne lâchez rien !

    Cf. La lettre si douloureusement juste de m. De Y. Cacqueray.

    J'aime

  5. Quelle confiance accorder dorénavant à Mgr Aupetit ?Dans l’église actuelle il faut se taire même quand on ressent une injustice ou à tout le moins un manque de transparence. Ce n’est pas ma conception des relations humaines.

    J'aime

  6. Il n’y a pas que l’église de Paris. C’est toute l’église de France qui se comporte ainsi depuis des années. Je peux témoigner si nécessaire.
    Merci pour votre grand courage.

    J'aime

  7. Quel gâchis , Quel catastrophe pour ce bel outil pédagogique que j’ai appris à connaître des 1951 …
    on n’en parle pas et c’est bien …
    Mais
    J’ai énormément de compassion pour « les enfants » les épouses …. de ces deux victimes d’un imbroglio détestable et mortifère … mis sur la place publique … par des personnes incapables de gérer intelligemment et humainement un si belle institution qui a éduqué des milliers de jeunes !!!!
    Remi Hussenot

    J'aime

  8. Quelle consternation. Et après, on s »étonne que les églises se vident… Il faut dire que l’exemple de gouvernance de l’Eglise Catholique vient de haut … (Cf témoignage récent de notre regretté Benoit XVI)

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :